Necker Pro Squash Open 2019 : les équipes de France débarquent à Maurice !

Publié le : 06/07/2019 00:00:00
Catégories : L'actualité du squash

Avant d'intégrer le circuit international à partir de 2020, le Necker Pro Squash Open entame une troisième édition spéciale à plus d'un titre à partir du 15 juillet : parce que grâce au tournoi le squash sera sport de démonstration aux Jeux des Îles de l'Océan Indien qui se déroulent à Maurice, mais aussi car le plateau est à nouveau exceptionnel.

Avant de vous présenter dans quelques jours les stars étrangères qui fouleront le court vitré installé au Caudan Waterfront, voici un focus sur les français. L'absent de marque sera Grégory Gaultier, qui avait fait le spectacle l'an passé mais est toujours convalescent suite à une blessure compliquée au genou. Hormis le French General et Victor Crouin (qui dispute un tournoi PSA au Qatar), tous les membres des équipes de France seront à Maurice. En vedette, la numéro 3 mondiale Camille Serme, qui sera accompagnée de ses copines de la sélection, sacrée championne d'Europe pour la première fois de son histoire début mai.

LES CHAMPIONNES D'EUROPE À MAURICE !

Camille Serme, 30 ans, n°3 mondiale – 13 titres en PSA dont le British Open 2015, l'US Open 2016 et le Tournament of Champions 2017 / 4 fois demi-finaliste du championnat du monde individuel / Joueuse de l'année 2016-2017 / 10 fois championne de France / 6 fois championne d'Europe individuelle / Championne d'Europe par équipe 2019 / Médaillée de bronze au championnat du monde par équipe 2016 et 2018

À 30 ans, Camille Serme fait plus que jamais partie du gotha du squash féminin mondial (Crédit photo : Nathan Clarke)

Leader exemplaire d'une équipe de France féminine en pleine bourre depuis trois ans, Camille Serme assoit saison après saison sa place parmi les meilleures joueuses de la planète. Exceptionnelle de régularité en 2018-2019, il ne lui aura manqué qu'un titre, après lequel elle court depuis plus de deux ans sur le circuit international. Il y a quelques semaines, la Cristolienne avait fait part de ses projets de fonder une famille, et s'est donnée « trois ans pour devenir numéro 1 mondiale et championne du monde. » Si elle atteignait « ces objectifs ultimes, » elle rejoindrait Thierry Lincou et Grégory Gaultier au panthéon du squash français. En travers de son chemin, elle trouvera comme d'habitude les joueuses Égyptiennes. Ces dernières dominent le circuit depuis plusieurs années, mais Camille est déjà parvenue à battre certaines d'entre elles, par exemple lors de ses trois titres majeurs entre 2015 et 2017. Celle qui lui a causé beaucoup de soucis récemment – la n°1 mondiale Raneem El Welily – sera sa principale rivale au Necker Pro Squash Open, et on se régale d'avance de cette possible finale de rêve.

Aux côtés de celle que les commentateurs de SquashTV surnomment « La Panthère, » notamment en raison de la qualité de son déplacement, on retrouvera à l'Île Maurice les trois autres joueuses de l'équipe de France, qui est allée chercher un titre historique de championne d'Europe début mai sur le sol des invincibles Anglaises.

Il y a quelques semaines, les joueuses de l'équipe de France féminine ont remporté un titre historique de championnes d'Europe (Crédit photo : #ETC2019)

Coline Aumard, 30 ans, n°35 mondiale – 6 titres en PSA / 1/8è de finaliste du Tournament of Champions 2016 / Championne de France 2017 / Vice-championne d'Europe individuelle 2018 / Championne d'Europe par équipe 2019 / Médaillée de bronze au championnat du monde par équipe 2016 et 2018

Après avoir débuté le squash à ses côtés au milieu des années 90 à Créteil, Coline Aumard est la dauphine de Camille Serme dans la hiérarchie nationale depuis près de 8 ans. En l'absence de cette dernière, elle avait été sacrée championne de France en 2017, et a également été médaillée d'argent européenne il y a un an. Régulière sur le circuit international (elle navigue entre la 25ème et la 35ème place mondiale depuis plusieurs années), il lui manque peut-être une victoire référence dans un gros tournoi pour franchir un cap, « mais je pense que ce qu’on fait à l'entraînement tous les jours est le plus important, » nous confiait-elle récemment. Après une décennie au pôle France aux côtés de Philippe Signoret, Coline a choisi de sortir de sa zone de confort et de partir à Nottingham, où elle s'entraîne depuis deux ans. Ça n'a évidemment pas remis en cause son attachement à la sélection, et elle a activement contribué aux succès récents des Bleues.

Coline Aumard, ici lors de l'open international d'Annecy, est numéro 2 française depuis de nombreuses années (Crédit photo : Draz Foto)

Mélissa Alves, 25 ans, n°44 mondiale – 4 titres en PSA / 1/8è de finaliste du championnat du monde individuel 2019 / Vice-championne de France 2019 / Championne d'Europe par équipe 2019 / Médaillée de bronze au championnat du monde par équipe 2018

Mélissa Alves peut avoir le sourire : elle a réalisé une très belle saison 2018-2019 (Crédit photo : Draz Foto)

Le nom de Mélissa Alves est fortement associé au titre européen obtenu il y a quelques semaines. Opposée en finale à l'Anglaise Victoria Lust – n°13 mondiale, soit une trentaine de places devant elle - dans le match décisif de la finale, la Guyanaise a tout d'abord réalisé une entame de rêve, puis a eu les nerfs solides pour conclure. Même si elle avait réalisé une performance du même acabit au championnat du monde individuel quelques semaines auparavant, Mélissa affirme qu'il s'agit « sans l'ombre d'un doute du moment le plus fort de (sa) carrière. » Après quatre ans passés en université américaine, elle a fait une irruption fracassante sur le circuit international cette saison, avec 3 titres et une entrée dans le top 50 mondial. 2019-2020 sera-t-elle la saison de la confirmation pour une joueuse qui se définit comme « très impatiente et qui aime que tout aille très vite » ? Réponse dans les prochains mois …

Énora Villard, 25 ans, n°55 mondiale – 1 titre en PSA / Médaillée de bronze au championnat de France 2017 et 2018 / Quart de finaliste du championnat d'Europe individuel 2018 / Championne d'Europe par équipe 2019 / Médaillée de bronze au championnat du monde par équipe 2018

Le 26 mai dernier, Camille Serme s'inclinait lourdement en finale du British Open face à Nouran Gohar, mais une autre française a remporté un tournoi du circuit PSA ce jour-là. Certes de bien moindre envergure (l'open des Volcans à Clermont-Ferrand), mais c'est la preuve qu'Énora Villard poursuit son petit bonhomme de chemin et sa progression, sans faire de bruit. Une fois son diplôme de Sciences Po en poche, elle a décidé de se consacrer à plein temps au squash, et est aujourd'hui aux portes du top 50 mondial. Une fois cette barrière franchie, elle aura la possibilité d'intégrer les tableaux principaux des tournois majeurs et de déclencher un cercle vertueux. Même si elle ne satisfait pas de son statut de remplaçante et « aimerait jouer davantage, » Énora est un rouage essentiel de la sélection et une équipière exemplaire.

Arrivée au haut niveau sur le tard, Énora Villard franchit les étapes une par une (Crédit photo : Nicolas Barbeau)

D'autres joueuses françaises seront présentes au Necker Pro Squash Open. Médaillée de bronze avec les Bleues au championnat du monde 2016, Chloé Mesic avait ensuite atteint son meilleur classement (56ème mondiale). Elle a eu un peu de mal de confirmer depuis, mais espère relancer la machine en 2019-2020. Multiple championne de France en jeunes, Fanny Segers (19 ans, n°8 française) s'est quant à elle lancée sur le circuit international la saison dernière. L'une des attractions de la semaine sera la présence de la (très) jeune Lauren Baltayan : la Franco-Egyptienne fait partie des meilleures joueuses au monde dans sa catégorie d'âge, -13 ans. Pour être complet, il faut évidemment citer la Franco-Mauricienne Vanessa Florens, qui a représenté deux fois l'île aux Jeux du Commonwealth, dont une fois en affrontant Nicol David !

DU BLEU AUSSI CHEZ LES HOMMES

Grégoire Marche, 29 ans, n°16 mondial – 9 titres en PSA dont le Pittsburgh Open 2019 (51 250 $) / 1/4 de finaliste du Qatar Classic 2016 / 1/8è de finaliste du championnat du monde individuel 2015 / Médaillé de bronze au championnat d'Europe individuel 2014 / Champion de France 2014 et 2019 / Champion d'Europe par équipe 2015, 2017 et 2018 / Médaillé de bronze au championnat du monde par équipe 2013

Grégoire Marche vient de réaliser la meilleure saison de sa carrière (Crédit photo : Nicolas Barbeau)

Le saviez-vous ? Depuis le 1er mai, le squash masculin français a un nouveau numéro 1. Cette passation de pouvoir est en partie due aux blessures de Mathieu Castagnet et surtout de Grégory Gaultier, mais aussi aux propres mérites de Grégoire Marche : à 29 ans, le Dromois a vécu « la saison la plus intense de (sa) carrière, » qu'il achevé aux portes du top 15 mondial. « J'ai eu une période compliquée en 2018, mais je me suis remis en question et j'ai apporté des modifications dans mon staff, » raconte-t-il. Vainqueur du plus gros tournoi de sa carrière à Pittsburgh en mars, il a enchaîné avec un deuxième titre de champion de France. En l'absence de Gaultier et Castagnet, il a assumé son rôle de leader des Bleus au championnat d'Europe, même si le résultat collectif n'a pas été au rendez-vous. Même « s'il ne se fixe pas de limite, » Marche a le top 10 mondial en ligne de mire pour 2019-2020. Pour cela, il devra aller loin dans les tournois majeurs, « le bémol de ma saison. » En attendant, Grégoire Marche fera partie des outsiders au Necker Pro Squash Open, dont il n'a raté aucune édition.

Mathieu Castagnet, 32 ans, n°33 mondial (n°6 en 2016) – 4 titres en PSA dont le Canary Wharf 2016 (70 000 $) / Demi-finaliste du Tournament of Champions 2016 / 1/8è de finaliste du championnat du monde individuel 2015 / Vice-champion d'Europe individuel 2014 / Champion de France 2015, 2016 et 2018 / Champion d'Europe par équipe 2015, 2017 et 2018 / Médaillé de bronze au championnat du monde par équipe 2013

Malgré les pépins physiques subis trois ans, Mathieu Castagnet reste optimiste (Crédit photo : FFSquash)

Nous sommes début 2016. En l'espace de quelques semaines, Mathieu Castagnet s'invite dans le dernier carré du Tournament of Champions, enflamme le Web grâce à un sauvetage surréaliste contre Daryl Selby à Chicago, remporte le plus grand titre de sa carrière au Canary Wharf Classic et atteint la 6ème place mondiale. Hélas, les choses se sont gâtées depuis, avec une succession de pépins physiques, dont une appendicite qui l'avait privé du Necker Pro Squash Open en 2017, et surtout des problèmes aux mollets qui « l'obligent à réduire ses charges de travail, » indique son entraîneur au pôle France, Renan Lavigne. « J’avise au jour le jour, » ajoute l'intéressé, dont la saison écoulée a été jalonnée de bons résultats et d'interruptions pour cause de blessure : en mars, ses succès sur Simon Rösner et Fares Dessouky l'avaient propulsé en demi-finale du Canary Wharf Classic (encore …) mais il avait dû ensuite renoncer au championnat d'Europe. Même si Mathieu, titulaire d'une licence STAPS en management du sport, pense à sa reconversion, il se voit encore jouer quelques années. « Malgré les blessures que j'ai eues ces derniers temps, je prends toujours autant de plaisir à disputer des tournois. » Comme par exemple le Necker Pro Squash Open, auquel Mathieu participera pour la deuxième fois.

Lucas Serme, 27 ans, n°35 mondial – 7 titres en PSA dont l'Irish Open 2016 (15 000 $) / 1/8è de finaliste du Hong Kong Open 2015 et 2017, du El Gouna International Open 2018 et du British Open 2019 / 1/8è de finaliste du championnat du monde individuel 2017 / Médaillé de bronze au championnat d'Europe individuel 2016 / Champion de France 2017 / Champion d'Europe par équipe 2015, 2017 et 2018

À 27 ans, Lucas Serme aborde les meilleures années de sa carrière (Crédit photo : Draz Foto)

S’il a parfois vécu dans l’ombre de sa sœur Camille à ses débuts, Lucas Serme s’est depuis fait un prénom et construit un palmarès : champion d’Europe junior 2010 puis médaillé de bronze chez les seniors en 2016, champion de France en 2017, sept titres sur le circuit PSA, de nombreux 1/8è de finale sur des tournois majeurs et surtout trois fois champion d’Europe avec l’équipe de France. Il avait même apporté le premier titre de leur histoire aux Bleus en 2015, un moment qui reste encore aujourd’hui « gravé dans (ma) mémoire. » Dans un circuit masculin de plus en plus dense, Lucas s'est stabilisé aux alentours de la 35ème depuis plusieurs saisons, et est comme beaucoup de joueurs à la recherche du gros résultat qui lui fera franchir un cap (à l'image de Raphael Kandra au British Open en 2018). Après avoir effectué toute sa carrière à Créteil, il évolue désormais pour Annecy Squash et appartient au Team Tailor Capital - qui comme Necker Gestion privée est dirigé par Rémy Mabillon. Ce sera sa première participation au tournoi.

Baptiste Masotti, 24 ans, n°58 mondial – 5 titres en PSA dont 3 tournois 11 000 $ / 1/32è de finaliste du championnat du monde individuel 2017 / Quart de finaliste du championnat d'Europe individuel 2018 / Médaillé de bronze au championnat de France 2019 / Champion d'Europe par équipe 2015 et 2018

En 2017, Baptiste Masotti avait donné le titre européen aux Bleus (Crédit photo : squashpage.net)

Trois ans après Lucas Serme, Baptiste Masotti a connu l'ivresse du match décisif au championnat d'Europe, et a apporté un troisième titre aux Bleus en 2018. « Le plus grand moment de ma carrière, » disait-il à l'époque. Poursuivant sur cette lancée, le Niortais a connu une saison 2018-2019 faste, qui lui permet aujourd'hui de pointer à la 58ème place mondiale. Entre une superbe demi-finale à Nantes en septembre et le titre de champion de France par équipe avec Montpellier en juin, il y a eu trois succès sur des 11 000 $ (dont un à Niort, le tournoi organisé par son père) et un quart de finale à Wimbledon. À l'instar d'Énora Villard chez les filles, Baptiste se rapproche d'un classement qui lui permettrait de disputer les tournois Platinum. « Une fois cette marche franchie, c'est un engrenage : on est assurés d'avoir un gros tournoi tous les mois, et donc de se frotter aux meilleurs et d'engranger de l'expérience. » En attendant, le n°5 français pourra sans doute se mesurer à quelques pointures au Necker Pro Squash Open, un tournoi qu'il va découvrir dans quelques jours.

Benjamin Aubert, 21 ans, n°92 mondial – 3 titres en PSA / Vice-champion de France 2019 / Champion d'Europe par équipe 2017 / Quart de finaliste du championnat du monde junior 2016

Après une entame de saison très compliquée, Benjamin Aubert a réalisé un bon premier semestre 2019 (Crédit photo : Nicolas Barbeau)

« Je suis conscient de ne pas avoir suivi le parcours habituel pour ça, mais mes objectifs sont d'être champion du monde et n°1 mondial. » Le moins que l'on puisse dire, c'est que Benjamin Aubert ne manque pas d'ambition. Freiné par de nombreuses blessures et une certaine irrégularité, le vice-champion de France en titre se rapproche enfin d'un classement plus conforme à ses capacités (92ème mondial). Après un début de saison 2018-2019 où il s'est « complètement déchiré, » Benjamin s'est petit à petit remis dans le sens de la marche, avec un titre à Odense et quelques victoires références (face à Richie Fallows, Todd Harrity et Baptiste Masotti). Invité par les organisateurs à l'Open de France – Nantes 2019 Presented by Tailor Capital, il aura une occasion idéale de bien lancer sa saison début septembre. Avant cela, lui aussi va faire ses premiers pas au Necker Pro Squash Open.

Jérôme Elhaïk

La semaine prochaine, ne manquez pas la deuxième partie de notre présentation des participants au Necker Pro Squash Open 2019. Elle sera consacrée aux stars étrangères qui seront à Maurice fin juillet, à commencer par les Égyptiens Raneem El Welily (n°1 mondiale) et Tarek Momen !

Pour plus d'infos, vous pouvez consulter la page Facebook officielle de l'évènement (cliquez sur l'image) :

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered