Championnat du monde : les Bleues encore en bronze, l'Égypte évidemment ...

Publié le : 16/09/2018 14:00:02
Catégories : L'actualité du squash

 

L'équipe de France aux anges après sa victoire face à la Malaisie, qui lui garantissait une deuxième médaille de bronze de suite (Crédit photo : Guoxiaoming) 

Gros plan : Les Françaises ont réussi leur pari

Deux ans après sa première médaille de bronze à Paris, les Bleues ont réalisé la même performance en Chine, bousculant même les Anglaises en demi-finale. Celles-ci se sont inclinées contre l'Égypte, qui conserve son titre.

« Monter sur le podium sera encore plus difficile qu'en 2016, » disait avant la compétition Philippe Signoret, entraîneur de l'équipe de France féminine. Ce n'était pas de la fausse modestie, mais une réalité compte tenu de la concurrence en hausse. Têtes de série n°6, les Bleues s'étaient pourtant inclinées 3-0 en poule contre les États-Unis de Thierry Lincou, mais sans conséquence : elles ont non seulement assuré la qualification pour les quarts en battant la Chine et l'Inde, et leurs adversaires potentiels - Hong Kong et la Malaisie - étaient d'un niveau semblable. La suite le prouvera, Hong Kong sortant les Américaines grâce notamment à la victoire d'Annie Au sur Amanda Sobhy. La France se présentait face à la Malaisie en position d'outsiders mais avec des raisons d'espérer. Tout d'abord parce qu'après une série de 19 défaites consécutives face à Nicol David - récemment élue meilleure joueuse de tous les temps - Camille Serme avait remporté leurs deux dernières confrontations. La numéro 5 mondiale a confirmé cette tendance avec un succès expéditif. « Elle a vraiment très bien joué, » indique Signoret. « Camille a fatigué Nicol dans un premier jeu qui a été très important avant de ne lui laisser aucune chance par la suite. » Coline Aumard pouvait donc sceller le sort de la rencontre face à l'une des futures stars du circuit : âgée de 19 ans, Sivasangari Subramaniam vaut bien mieux que son classement (40ème), et enfilait les performances depuis le début de saison (victoires sur Annie Au, Joshna Chinappa et Joey Chan, défaite en 5 jeux contre David en finale des Jeux d'Asie). Mais pour Signoret, « Coline a peut-être disputé le meilleur match de sa carrière. Elle n'a pas profité des occasions dans le premier jeu, mais a changé d’intention par la suite. Les trois derniers jeux ont été serrés mais elle a pris le dessus mentalement et physiquement sur une jeune adversaire qui a commis quelques fautes. » Cette victoire, et l'assurance d'une nouvelle médaille, allait provoquer une véritable euphorie chez les Françaises, alors qu'Aumard ne pouvait retenir ses larmes. « Je suis tellement content pour les filles, » ajoutait Signoret. « Comme il y a deux ans, elles ont déjoué les pronostics. » Pour espérer faire mieux que le bronze de 2016, les Bleues devaient relever un défi encore plus grand : battre leurs grandes rivales Anglaises pour la première fois. Sur la lancée de la veille, Coline Aumard réalisait un superbe début de match face à Sarah-Jane Perry. Au coude à coude avec la n°8 mondiale pendant deux jeux et demi, elle allait connaître un passage à vide fatal et s'incliner 3-1. Au pied du mur, Camille Serme s'est ensuite imposée en cinq jeux face à Laura Massaro, à l'issue d'un match de très haut niveau, et alors qu'elle a été menée deux fois au score. Comme en finale du dernier championnat d'Europe, Mélissa Alves s'est donc vu offrir le match décisif. Un peu tendue en début de match, elle est logiquement dominée par l'expérimentée Alison Waters, mais la Guyanaise se libère dans le troisième jeu et réalise de superbes attaques gagnantes. Elle sauve même une balle de match à 10-9, mais ne parvient pas à concrétiser alors qu'elle est en bonne position lors du point suivant, avant de s'incliner. Dommage, car la rencontre aurait pu prendre une autre tournure à 2 jeux à 1... Le bilan est néanmoins plus que positif pour les joueuses de Philippe Signoret (Serme, Aumard, Alves et Énora Villard, toutes membres du pôle France de Créteil). Avec ce deuxième podium consécutif derrière les deux monstres de la discipline, auquel on peut ajouter cinq finales Européennes de suite, le squash féminin Tricolore confirme son statut sur l'échiquier international. 

Les Égyptiennes (ici entourant leur entraîneur Amr Shabana) ont logiquement conservé leur titre mondial (Crédit photo : Guoxiaoming)

Les Anglaises pouvaient-elles réaliser l'impossible ce dimanche, à savoir faire vaciller l'armada Égyptienne (quatre joueuses dans le top 6 mondial) ? L'emblématique entraîneur Amr Shabana devait néanmoins se passer de la n°1 mondiale Nour El Sherbini, battue la veille par Annie Au en demi-finale et touchée au tendon d'Achille. Comme souvent, le match entre Nouran Gohar et Alison Waters a été une bataille acharnée, mais c'est la première qui s'est imposée en 5 jeux, plaçant Raneem El Welily en position de force. La championne du monde en titre n'a pas failli à sa tâche, venant à bout de la résistance de Laura Massaro en quatre jeux. « Avant la finale, j'ai motivé les filles en leur disant qu'on était encore loin des Anglaises au nombre de titres (NDLR : désormais, cinq contre sept, alors que l'Australie en compte neuf), » a déclaré Shabana, qui était déjà à leurs côtés à Paris en 2016 (Source : www.squashinfo.com). « Je voulais leur rappeler que même si on a actuellement les joueuses les mieux classées, on n'était pas encore la nation dominante du squash et qu'on devait encore gagner plusieurs fois pour prétendre à ce titre. Les gens ont tendance à oublier que l'Égypte est partie de loin. » Mais en conservant leur couronne, le pays des Pharaons est pourtant bien la superpuissance du squash à l'instant T : il détient toujours l'intégralité des titres mondiaux importants (individuels et équipes, hommes et femmes, juniors et seniors, soit huit au total). 

Les autres news de la semaine du squash

--- Ce n'est certes pas une compétition majeure, mais en voilà une qui n'est pas tombée dans l'escarcelle de l'Égypte, et pour cause : trois fois vainqueur du championnat du monde de squash universitaire par équipe (notamment en 2008 avec une équipe de rêve composée de Ramy Ashour, Tarek Momen, Omar Mosaad, Raneem El Welily et Omneya Abdel Kawy), les Pharaons n'étaient pas présents à Birmingham et la Grande-Bretagne en a profité. Déjà auteurs du doublé en individuels la semaine dernière (voir le blog du 11 septembre), les Britanniques se sont imposés en finale face à la Malaisie grâce aux succès des champions du monde Joshua Masters et Lily Taylor. Les Asiatiques avaient auparavant éliminés la France en demi-finale, mais les Bleus (Auguste Dussourd, Edwin Clain, Julia Le Coq et Laura Paquemar) remportent une belle médaille de bronze, la première depuis 12 ans.

L'équipe de France universitaire (à droite, en compagnie de Hong Kong) a décroché le bronze au championnat du monde (Crédit photo : SquashSite)

--- Deux Français étaient en Allemagne cette semaine, pour le Sportwerk Open (11 000 $) à Hambourg. En tête 2-0 contre un adversaire pourtant moins bien classé, Benjamin Aubert a ensuite lâché prise face à l'Irlandais Brian Byrne, sortant dès le premier tour. L'aventure s'est arrêtée en quart de finale pour Baptiste Masotti, battu 3-0 par le futur vainqueur Youssef Ibrahim. On devrait réentendre parler de cet Égyptien de 19 ans : après une brillante carrière en juniors (deux fois demi-finaliste du championnat du monde), Ibrahim remporte déjà son troisième titre sur le circuit international.

Demi-finaliste la semaine dernière à Nantes, Baptiste Masotti (au premier plan) est tombé contre le futur vainqueur à Hambourg (Crédit photo : Henning Angerer)

--- Comme Ibrahim, il se prénomme également Youssef, est Égyptien et a brillé en jeunes : Soliman a remporté le plus gros titre de sa carrière au Pakistan (30 000 $). Le n°47 mondial a tour à tour battu son compatriote Omar Abdel Meguid (43ème mais ancien top 25), le solide Nafiizwan Adnan (40ème) et surtout Leo Au (21ème). Mené 2 jeux à 0 face au récent vainqueur de l'épreuve de squash aux Jeux d'Asie, Soliman a entamé une remontée qui l'a emmené vers la victoire après 76 minutes de jeu. Le pays de Pharaons continue de phagocyter le circuit, puisque Rowan Reda Araby s'est imposé chez les femmes (11 000 $). La double championne du monde junior, très facile vainqueur de Nada Abbas en finale, commence la saison comme elle avait fini la précédente : par un titre, déjà son sixième à seulement 18 ans. Rowan Reda Araby joue avec la raquette de squash  Tecnifibre Carboflex NS 125 Speed, spécialement conçue pour les femmes et disponible sur My Squash.

Rowan Reda Araby et Youssef Soliman (premier et troisième en partant de la gauche, en bas) ont offert à l’Égypte deux nouveaux titres au Pakistan (Crédits photo : www.dawn.com)

--- Vainqueur du dernier tournoi national de 2017-2018 au Mans, Christophe André reprend la saison sur le même rythme : le Réunionnais s'est imposé à Clermont, en battant Fabien Verseille en finale, 3 jeux à 2. Johan Bouquet complète le podium.

--- Cinq Français ont participé ce weekend à l'Italian Open Masters de squash à Riccione : pas de titre à la clé mais tous se sont bien comportés ! Stéphane Gallenne continue sa superbe série, avec 100 % de podiums depuis qu'il s'est lancé sur le circuit Européen en 2017. Le Nantais n'est pas passé loin d'un bel exploit, mais s'est incliné en 5 jeux contre le n°1 Européen +45 ans Alessandro Marcolini. Deuxième place également pour Valérie Néoschil devant sa compatriote Valérie Hartrmann (+50 ans), alors qu'Alain Férard (+60 ans) décroche une belle médaille de bronze. On n'est pas passé loin d'un carton plein pour les Tricolores mais Alain Barnham a été battu en 5 jeux pour son dernier match et échoue au pied du podium.

Plusieurs Français étaient en Italie ce weekend (Crédits photo : Italian Open Masters Squash)

Les rendez-vous squash de la semaine

--- L'open international de squash d'Alexandrie - qui devait se tenir du 17 au 21 septembre à la Bibliothecha Alexandrina, a été reporté au mois de novembre en raison de « circonstances imprévues, » selon la Professional Squash Association. Il y aura néanmoins de nombreux tournois cette semaine sur le circuit, avec plusieurs Français en lice. À Hong Kong (28 000 $), Coline Aumard et Énora Villard tenteront de surfer sur la vague après leur médaille de bronze au championnat du monde en Chine (voir plus haut). Villard devra battre la redoutable Zeina Mickawy pour rejoindre sa coéquipière en Bleu en 1/8è de finale (qui affrontera une Hongkongaise, Carmen Lee ou Ho Tze Lok). Les têtes d'affiche sont la n°1 locale Annie Au, Donna Lobban et Hania El Hammamy. Chez les hommes, Auguste Dussourd est opposé à Tang Ming Hong avec la perspective de défier Tsz Fung Yip (25ème mondial) en 1/8è. Ce dernier fait partie des favoris au même titre que ses coéquipiers en équipe d'Hong Kong, Leo Au et Max Lee, mais on aura un œil attentif sur deux jeunes en vue en ce début de saison : Youssef Soliman et George Parker. À signaler que le tournoi pourrait être fortement perturbé par la tempête tropicale Mangkhut qui sévit actuellement en Asie, car de très nombreux vols sont annulés. Après une préparation gênée par des pépins physiques et un début de saison compliqué (deux défaites au premier tour et en 5 jeux à Nantes et Hambourg), Benjamin Aubert tentera de se relancer à Madeire. Mais le natif d'Amiens aura fort à faire avec le Gallois Emyr Evans en 1/8è de finale, voire Joshua Masters en quarts. Le double champion du monde universitaire fait partie des favoris avec son compatriote Rooney, l'Américain Harrity, le Belge Van den Herrewegen et l'Indien Mangaonkar.

La tempête tropicale Mangkhut est arrivée depuis quelques heures à Hong Kong et pourrait avoir un impact sur le tournoi PSA la semaine prochaine (Crédit photo : www.rte.ie)

Pour la première fois depuis 2009, il n'y aura pas d'équipes Françaises à la Coupe d'Europe des Clubs Champions, qui se déroule ce weekend aux Pays-Bas : chez les hommes, Mulhouse a choisi de ne pas défendre son titre, alors que les champions de France Aix ont dû faire face à de nombreux départs (dont celui de Grégory Gaultier à Annecy, on y reviendra au cours des prochaines semaines). Côté féminin, le timing n'était pas bon pour les championnes de France de Créteil, dont toutes les joueuses étaient mobilisées par le championnat du monde par équipe. Les favoris sont Paderborn (avec Rösner, Kandra et Simpson) et les doubles tenantes du titre d'Edgbaston Priory.

Résultats

PSA

  • Pakistan Chief of the Air Staff International Men's 2018 (Islamabad, Pakistan) - 28 000 $ (hommes)

Vainqueur : Youssef Soliman (Égypte)

  • Pakistan International Squash Tournament Women's 2018 (Islamabad, Pakistan) - 11 000 $ (femmes)

Vainqueur : Rowan Reda Araby (Égypte)

  • Sportwerk Open 2018 (Hambourg, Allemagne) - 11 000 $ (hommes)

Vainqueur : Youssef Ibrahim (Égypte)

  • Remeo Open 2018 (Helsinki, Finlande) - 11 000 $ (hommes)

Vainqueur : Mahesh Mangaonkar (Inde)

France

  • 7ème Open National Masculin Squash Auvergne (Clermont-Ferrand) - 2500 euros (hommes)

Vainqueur : Christophe André (Mulhouse Squash Club)

Autres

  • Championnat du monde universitaire par équipe (Birmingham, Angleterre)

Vainqueur : Grande-Bretagne

  • Championnat du monde féminin par équipe (Dalian, Chine)

Vainqueur : Égypte

  • Italian Open Masters 2018 (Riccione, Italie)

Français engagés : Stéphane Gallenne (+45 ans hommes, 2ème), Valérie Néoschil, Valérie Hartmann (+50F, 2ème et 3ème), Alain Barnham (+55H, 4ème), Alain Férard (+60H, 3ème)

Agenda

PSA

  • Queclink HKFC PSA International 2018 (Hong Kong, Hong Kong) - 18 au 22 septembre - 28 000 $ (hommes) + 28 000 $ (femmes)

Français engagés : Auguste Dussourd (hommes), Coline Aumard, Énora Villard (femmes)

  • Nash Cup 2018 (London , Canada) - 18 au 22 septembre - 12 000 $ (hommes) + 18 000 $ (femmes)
  • International Tournament Madeira Island 2018 (Madeire, Portugal) - 19 au 23 septembre - 11 000 $ (hommes) / qualificatif pour le championnat du monde

Français engagé : Benjamin Aubert

  • Beijing Squash Challenge 2018 (Pékin, Chine) - 19 au 22 septembre – 5 500 $ (hommes)
  • Kiva Club Open 2018 (Sante Fe, États-Unis) - 20 au 23 septembre – 5 500 $ (hommes)

Autres

  • Coupe d'Europe des Clubs Champions (Eindhoven, Pays-Bas) - 19 au 22 septembre - hommes et femmes

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered