Finales World Series : El Shorbagy et El Sherbini, comme une évidence

Publié le : 10/06/2018 19:07:20
Catégories : L'actualité du squash

  

Nour El Sherbini et Mohamed El Shorbagy ont remporté les finales des World Series à Dubaï (Crédit photo : SquashSite) 

Gros plan : les numéros 1 mondiaux en patrons à Dubaï

Tournoi de clôture de la saison, les finales des World Series en ont été une photographie assez précise : sacrés joueurs de l'année avant le début de la compétition, les numéros 1 mondiaux Mohamed El Shorbagy et Nour El Sherbini se sont logiquement adjugés le titre.  

Quoi de plus logique que de retrouver quatre joueurs et joueuses Égyptiens, qui plus est numéros 1 et 2 mondiaux, en finale samedi soir à l'Emirates Golf Club de Dubaï, alors que le pays des Pharaons n'a laissé que des miettes à ses concurrents cette saison (voir encadré ci-dessous) ? Comme souvent depuis quelques mois, Nour El Sherbini et Raneem El Welily se sont retrouvés en finale chez les femmes, mais malgré la perte du premier jeu, celle qui occupe la première place dans la hiérarchie du squash mondial depuis 26 mois a contrôlé le match de bout en bout. Finaliste l'an dernier, elle remporte pour la première fois cette épreuve, enrichissant ainsi un palmarès déjà impressionnant. « La saison a été longue, et je suis très fière de la terminer par ce titre, » ont été ses premiers mots lors de la remise des prix. « Elle a été l'une des meilleures de ma carrière, mais il y a encore des choses sur lesquelles je peux travailler afin de devenir une meilleure joueuse. Avec Raneem on s'est souvent affrontées récemment, mais dans quelques jours nous irons ensemble en Russie pour encourager notre pays à la Coupe du Monde de football ! » Un peu déçue par son exercice 2016-2017 (elle avait été sacrée championne du monde mais n'avait remporté aucun autre titre majeur), El Sherbini a mis le turbo cette saison : même si elle a laissé la couronne mondiale à sa rivale, elle a remporté sept tournois, dont quatre World Series ! À seulement 22 ans, elle a encore de nombreuses années pour marquer un peu plus l'histoire de son sport. Une histoire que Mohamed El Shorbagy continue aussi à écrire. Le champion du monde avait annoncé que ce tournoi était très important pour lui, et il a répondu présent. En s'imposant - également en 4 jeux - face à Ali Farag, il rentre dans le top 10 des joueurs ayant remporté le plus de tournois sur le circuit international, à égalité avec son illustre compatriote Amr Shabana (33 titres). L'an dernier, El Shorbagy s'était servi de sa victoire à Dubaï pour se relancer après une saison 2016-2017 ratée de son propre aveu, alors que celle-ci vient couronner une saison quasi-parfaite (8 titres et 3 finales en 13 tournois). « Ça été une superbe semaine, » disait-il après sa victoire. « Il y a eu de très grands matches, et je suis fier d'avoir participé à ce tournoi, et de l'avoir remporté. Ali et moi-même nous sommes affrontés à de nombreuses reprises cette saison, et j'ai hâte de recommencer. » L'autre évènement de la semaine a été la fin de carrière, cette fois définitive, de Nick Matthew. Repêché de dernière minute suite au forfait de Marwan El Shorbagy, l'Anglais n'était pas venu pour faire de la figuration. Vainqueur de ses trois matches de poule - notamment un magnifique contre Miguel Angel Rodriguez - Matthew n'a rien pu faire en demi-finale face à Ali Farag. L’Égyptien, tout comme le public présent, lui ont rendu un vibrant hommage. 20 ans de carrière, 35 titres sur le circuit dont trois de champion du monde, sans oublier trois médailles d'or aux Jeux du Commonwealth et trois au championnat du monde par équipe : "The Wolf" peut quitter la scène avec le sentiment du devoir accompli, et bien plus encore. « L'espace d'un instant j'ai cru que j'allais pouvoir aller au bout, mais Ali était trop fort. » dira-il pour sa dernière interview d'après-match. « S'il y a une semaine, on m'avait dit que je serais en demi-finale de ce tournoi, je ne l'aurais évidemment pas cru. Cette semaine, certaines personnes ont essayé de me convaincre de continuer, mais ma décision est définitive. Mais je vais rester totalement impliqué dans le squash, avec mon futur rôle auprès de la Fédération Anglaise et aussi mon académie. »

Nick Matthew a reçu une superbe standing ovation pour son dernier match en tant que joueur professionnel (Crédit photo : SquashSite) 

Côté Français, Grégory Gaultier, visiblement pas à 100 % physiquement, a été éliminé dès la phase de poules. Camille Serme s'est quant à elle retrouvée bien involontairement au cœur de la polémique de la semaine. Après s'être brillamment extirpée d'une poule très difficile, la numéro 5 mondiale a livré une superbe bataille à El Sherbini en demi-finale. Jusqu'à cette situation très controversée dans le troisième et dernier jeu : à 6-8 contre elle, elle demande une explication à l'arbitre qui vient de lui accorder un let. Mais le Gallois Roy Gingell lui inflige un point de pénalité ... pour avoir ouvert la porte du court ! Chose qui est interdite par le règlement depuis février, mais son application à géométrie variable est la raison de l'incrédulité des deux joueuses, du public ainsi que des aficionados du squash sur les réseaux sociaux. La parole à son entraîneur Philippe Signoret. « Le problème n’est pas de contester cette règle, mais de constater qu’elle est appliquée selon les envies des arbitres, voire la pression que leur met la PSA en fonction de la présence des télévisions. Mais quelle bêtise de l’appliquer au vu du match que les deux joueuses ont prodigué ! Puissent les sifflets du public rester longtemps dans les oreilles de l’arbitre, que je considère pourtant comme l'un des meilleurs au monde. » La Française, unanimement reconnue comme l'une des joueuses les plus fair-play du circuit, aurait-elle servi d'exemple ? Pas forcément, car cette sanction avait déjà été appliquée - par le même arbitre - lors de la finale masculine du Windy City Open, et comme certains l'ont fait remarquer, les joueurs ont dû être informés par la PSA. Au-delà de cette péripétie, l'essentiel pour Serme est ailleurs : même si elle s'est à nouveau inclinée en demi-finale d'un tournoi - la sixième fois en 2017-2018, à chaque fois contre une Égyptienne - elle peut « être rassurée sur son niveau de jeu en cette fin de saison, » dixit Signoret. Sa protégée affirme qu'elle va garder ces points positifs en tête pour « travailler encore plus dur cet été, » et bien attaquer 2018-2019. Une saison qui commencera fort, avec le championnat du monde par équipe début septembre en Chine.

La domination Égyptienne lors de la saison 2017-2018

  • Chez les hommes, 12 des 14 tournois majeurs (World Series, championnat du monde et 100 000 $) ont été remportés par un Égyptien. Les seuls joueurs d'un autre pays à s'être immiscés dans une finale sont l'Allemand Simon Rösner (Tournament of Champions) et le Colombien Miguel Angel Rodriguez (British Open), et dans les deux cas ils se sont imposés.
  • Depuis le 1er juin, le top 4 mondial est 100 % Égyptien (première dans l'histoire)
  • Cette domination est encore plus marquée chez les femmes : les 10 tournois majeurs (World Series, championnat du monde et 100 000 $) ont été remportés par une Égyptienne. La seule joueuse d'un autre pays à s'être immiscée dans une finale est la Néo-Zélandaise Joelle King à Chicago.
  • Depuis que Nour El Tayeb a délogé Camille Serme en février dernier, le top 3 mondial est entièrement composée de joueuses Égyptiennes

Les autres news de la semaine du squash

--- Avant l'élite à partir de vendredi à Mulhouse (voir ci-dessous Les rendez-vous de la semaine du squash), les phases finales du championnat de France Interclubs N2/N3 avaient lieu le weekend dernier à Antibes. Chez les hommes, la montée de Montpellier en N1 était attendue (« On a fait le job, sans laisser d'espoir à nos adversaires, » confie le capitaine Geoffrey Demont), celle de leurs victimes en finale, La Rochelle, un peu moins. Stéphane Brévard et ses camarades ont certes bénéficié de circonstances favorables (points de pénalité infligés à Brest, équipe de Challes-les-Eaux décimée par les blessures), mais cette remontée en Nationale 1, cinq ans après la descente, est la récompense du travail du club et de leur régularité en play-offs. De plus elle a été obtenue avec des joueurs du cru, qui évoluent ensemble depuis de nombreuses années. Pas de suspense chez les femmes : formations les mieux armées sur le papier, Valence et Cuers accèdent à l'élite. La victoire en finale des Provençales est même la vingt-deuxième consécutive depuis le début de l'aventure il y a deux ans pour ce  « groupe de copines, composé de joueuses de toutes les générations (NDLR : de Mylène de Muylder, championne du monde +50 ans, à Mahé Asensi, vice-championne de France -15 ans), » raconte la capitaine Béatrice Laurent. « Notre philosophie est de partager notre passion afin d’atteindre le plus haut niveau possible. » En Nationale 3, l'équipe du TopFit Antibes a décroché le titre à domicile. Ils sont accompagnés en N2 par Annecy, le Stade Nantais et Jarville.

Cuers (N2 femmes), Montpellier (N2 hommes) et TopFit Antibes (N3 hommes) ont été sacrés champions de France dimanche (Crédit photo : Squash Rackets Antibes)

--- Même s'il n'a pas gagné de titre en PSA en 2017-2018 (avec notamment une deuxième partie de saison perturbée par des blessures), Diego Elias a néanmoins enrichi son palmarès ces derniers jours. Après avoir reçu le trophée de meilleur jeune joueur pour la deuxième année consécutive, le n°11 mondial a remporté les deux épreuves de squash aux Jeux Sud Américains (simple et double aux côtés de son compatriote Péruvien Alonso Escudero).

--- L'Open d'Autriche de squash (5 000 $) a été dominé par les joueurs Britanniques. Après avoir ouvert son palmarès en février, l'Anglais Lyell Fuller (22 ans) remporte son deuxième titre sur le circuit international. Après avoir l'organisateur du tournoi Aqeel Rehman en quart, il a nettement battu le Gallois Emyr Evans en finale. En Nouvelle-Zélande, Ivan Yuen a renoué avec la victoire (le dernier de ses six succès précédents remontait à novembre 2015) alors que Jemyca Aribado a apporté le premier titre de son histoire à son pays, les Philippines.

Lyell Fuller (au centre) s'est imposé en Autriche (Crédit photo : squash-im-europark.at)

Les rendez-vous squash de la semaine

--- Les phases finales du championnat de France Interclubs de squash (Nationale 1), qui démarrent vendredi à Mulhouse, sont le dernier grand évènement de la saison en France. L'incroyable série du club Alsacien - qui a remporté au moins un titre lors des huit dernières saisons - peut-elle se prolonger ? Chez les hommes, Mathieu Castagnet et ses camarades sont quintuples tenants du titre mais ne sont pas favoris, un rôle dévolu à Aix et ses trois top 10 mondiaux (Gaultier, Rösner, Coll). Souvent médaillés, les Provençaux sont en quête de leur premier titre. Ils seront dans un premier temps grands favoris de leur demi-finale contre Toulon, alors que celle entre Mulhouse et Valenciennes s'annonce indécise. Côté femmes, si Lorient est le petit poucet du tableau, Mulhouse, Créteil et Bourges (les deux dernières citées s'affrontent en demi) semblent avoir leurs chances. Les Alsaciennes ont remporté sept des huit derniers titres, leur hégémonie ayant été interrompue par Camille Serme et les Val-de-Marnaises en 2015.  

Le gratin du squash Français mais aussi international a rendez-vous ce weekend à Mulhouse (Crédit photo : Mulhouse Squash Club)

Il y aura également six jeunes Français à Riccione à l'occasion de l'Italian Junior Open ce weekend. Si la meilleure chance de médaille repose sur le Corse Antonin Romieu, on observera avec attention le parcours de la Nîmoise Chloé Mourier. Très accaparée par ses études, on ne l'a pas revue en compétition depuis près d'un an. 

Résultats

PSA

  • ATCO PSA Dubai World Series Finals 2017-2018 (Dubaï, Émirats Arabes Unis) - 160 000 $ (hommes) + 160 000 $ (femmes) + 5 000 $ (femmes)

Vainqueurs : Mohamed El Shorbagy (Égypte) et Nour El Sherbini (Égypte)

  • Austrian Open 2018 (Salzbourg, Autriche) - 5 000 $ (hommes)

Vainqueur : Lyelle Fuller (Angleterre)

  • Squashgym International Squash Classic 2018 (Palmerston, Nouvelle-Zélande) - 10 000 $ (hommes) + 5 000 $ (femmes)

Vainqueurs : Ivan Yuen (Malaisie) et Jemyca Aribado (Philippines)

France

  • Championnat de France Interclubs, phases finales Nationale 2 et Nationale 3 (Antibes) 

Vainqueurs : 5R Montpellier (N2 hommes), Cuers (N2 femmes) et TopFit Antibes (N3 hommes)

  • Championnat de France Interclubs, phases finales régionales (Clermont-Ferrand) 

Vainqueurs : Royan (hommes) et Biganos (femmes) 

Agenda

France

  • Championnat de France Interclubs, phases finales Nationale 1 (Mulhouse) - 9 et 10 juin

Autres

  • Italian Junior Open 2018 (Riccione, Italie) – 15 au 17 juin - garçons et filles

Français engagés : U13 F : Daphné Mourier ; U13 G : Antonin Romieu, Tristan Mebarek ; U15 F : Mélissa Mebarek ; U19 F : Chloé Mourier ; U19 G : Quentin Leclerc

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered

Paramètres

Menu